Programme Départemental d’insertion vers l’emploi 2017-2021

Le département de l'Isère, en charge du RSA, mène un Programme Départemental d’Insertion vers l’Emploi (PDIE) qui se décline autour de 4 axes d'intervention en partenariat avec es acteurs de l’emploi et de l’insertion (Etat, Métropole de Grenoble, Pôle emploi).

Axe 1 : Agir sur et pour un emploi accessible à tous les allocataires

Le Département fait le choix d’engager une politique volontariste d’insertion vers l’emploi, et de remettre
le travail au coeur de la démarche d’insertion en complémentarité de celles des acteurs de l’emploi et de
l’insertion (Etat, Métropole de Grenoble, Pôle emploi).
En impliquant fortement un « département employeur », en valorisant les politiques gouvernementales
en faveur de l’emploi, en développant de nouveaux liens avec les acteurs du tissu économique isérois et
du monde de l’entreprise, en fédérant au sein d’un même espace une offre permanente d’insertion sur
chaque territoire, cette politique collaborative avec tous les partenaires incontournables (Etat, service
public de l’emploi, collectivités) doit créer des conditions accrues de retour à l’activité de l’ensemble des
allocataires du RSA.
 

Axe 2 : Engager les allocataires dans un parcours dynamique, consolidé et solidaire

Le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, adopté le 21 janvier 2013, stipule que
« nul n’est inemployable » et encourage « les parcours permettant l’accès à l’emploi, même pour les plus
en difficultés, car « les personnes en situation de pauvreté ou de précarité veulent surmonter leurs
difficultés. Elles veulent trouver ou retrouver un travail valorisant, des conditions de vie digne ».
De nombreuses études nationales et départementales convergent avec les résultats de l’évaluation du
PDI 2015 :
- 1/3 des personnes entrant dans le dispositif RSA retrouvent un emploi dans les 6 mois
- La mobilisation précoce et les accompagnements renforcés (fréquence de RDV supérieur à une
fois par trimestre) des allocataires augmentent les taux de retour à l’emploi
Pourtant la progression de la précarité est corrélée à une augmentation des allocataires restant plus de 4
ans dans le dispositif, à l’isolement croissant de publics spécifiques (plus de 50 ans), et à des ruptures
conséquentes dans les suivis. L’expérimentation d’espaces permanents emploi et insertion et l’évolution
des outils à disposition des référents va permettre de décliner une nouvelle organisation des parcours
dans une logique de mobilisation dès l’ouverture de droit jusqu’à la sortie du dispositif.
Le principe de réciprocité pour toutes les aides sociales impulsé par le département, sera décliné dans
cette dynamisation des accompagnements en propositions d’actions issues de groupes de réflexion
associant les services insertion, les services sociaux et les allocataires.

Axe 3 : Partager une offre d’insertion rénovée et évaluée

La priorité départementale accordée à l’accès à l’emploi implique la mobilisation d’une offre
d’insertion clairement orientée sur le soutien aux allocataires pour atteindre cet objectif.
Elle requiert une restructuration des interventions, co-construite avec les partenaires et les territoires
dans une logique de complémentarité, et ouverte à des initiatives innovantes.
Les actions de redynamisation, de valorisation des compétences, de développement de lien social,
d’accompagnement sur la santé, essentielles aux publics en difficulté ou isolés pour reprendre
confiance ou lever de freins préalables à leur employabilité, ne doivent plus être en périphérie de l’axe
emploi, mais s’inscrire dans un parcours vers l’emploi et dans une articulation cohérente du projet
professionnel des allocataires.

Axe 4 : Garantir une gestion rigoureuse de l’allocation dans un esprit de justice sociale

Les fonds publics engagés pour l’allocation du RSA, en augmentation croissante, imposent au
Département de garantir aux isérois une politique rigoureuse assurant la légitimité de l’attribution de
l’allocation, l’équité de traitement pour tous, le respect des devoirs incombant aux allocataires, et
l’effectivité de leur accompagnement vers une insertion professionnelle.
La mise en place d’un plan de contrôle, porté par des équipes dédiées et des professionnels
sensibilisés à cet impératif de rigueur, doit conduire à une meilleure lisibilité du dispositif et de son
cadre d’application auprès du grand public, à une meilleure compréhension et appropriation des
bénéficiaires de leurs obligations, et à mieux lutter contre la fraude.

 

En savoir plus sur le site Isère.fr